Skip navigation

Currently Being Moderated

Plusieurs fois, on dut dételer

VERSION 1 
Created on: Nov 14, 2011 12:03 AM by monclerdoudoune - Last Modified:  Nov 14, 2011 12:04 AM by monclerdoudoune
Visibility: Open to anyone

On sait que les Balkansforment une chaîne importante. En courant entre la Roumélie et la Bulgarie versla mer Noire, elle détache de son versant septentrional de nombreuxcontreforts, dont le mouvement se fait sentir presque jusqu’au Danube.
Le seigneur Kéraban eut là l’occasion de voir sa patience mise à une rudeépreuve.
Lorsqu’il fallut franchir l’extrémité de la chaîne, doudoune moncler Quincy afin de redescendre sur la Dobroutcha,des pentes d’une raideur presque inabordable, des tournants dont le coudebrusque ne permettait pas à l’attelage de tirer d’ensemble, des cheminsétroits, bordés de précipices, plus faits pour le cheval que pour la voiture,tout cela prit du temps et ne se fit pas sans une grande dépense de mauvaisehumeur et de récriminations. Plusieurs fois, on dut dételer, et il fallut calerles roues pour se tirer de quelque passe difficile, — et les caler surtout avecun grand nombre de piastres, qui tombaient dans la poche des postillons,menaçant de revenir sur leurs pas.
Ah! le seigneur Kéraban eut beau jeu pour pester contre le gouvernement actuel,qui entretenait si mal les routes de l’empire, et se souciait si peu d’assurerune bonne viabilité à travers les provinces! Le Divan ne se gênait pas,pourtant, quand il s’agissait d’impôts, de taxes, de vexations de toutessortes, doudoune moncler homme et le seigneur Kéraban lesavait de reste! Dix paras pour traverser le Bosphore! Il en revenait toujourslà, comme obsédé par une idée fixe! Dix paras! dix paras!
Van Mitten se gardait bien de répondre quoi que ce soit à son compagnon deroute. L’apparence d’une contradiction eût amené quelque scène.
Aussi, pour l’apaiser, daubait-il à son tour le gouvernement turc enparticulier, et tous les gouvernements en général.
« Mais il n’est pas possible, disait Kéraban, qu’en Hollande, il y ait depareils abus!
— Il y en a, au contraire, ami Kéraban, répondait Van Mitten, qui voulait,avant tout, calmer son compagnon.
— Je vous dis que non! reprenait celui-ci. Je vous dis qu’il n’y a que Constantinople où de pareilles iniquités soientpossibles! Est-ce qu’à Rotterdamon a jamais songé à mettre un impôt sur les caïques?
— Nous n’avons pas de caïques!
— Peu importe!
— Comment, peu importe?
— Eh! vous en auriez, doudoune moncler homme Noir que jamais votre roi n’eûtosé les taxer! Allez-vous maintenant me soutenir que le gouvernement de cesnouveaux Turcs n’est pas le pire gouvernement qu’il y ait au monde?
— Le pire, à coup sûr! » répondait Van Mitten, pour couper court à unediscussion qu’il sentait poindre.
Et, pour mieux clore ce qui n’était encore qu’une simple conversation, il tirasa longue pipe hollandaise. Cela donna au seigneur Kéraban l’envie des’étourdir, lui aussi, dans les fumées du narghilé. Le coupé ne tarda donc pasà s’emplir de vapeurs, et il fallut baisser les glaces pour leur donner issue.Mais, dans cet assoupissement narcotique qui finissait par s’emparer de lui,l’entêté voyageur redevenait muet et calme jusqu’au moment où quelque incidentle rappelait à la réalité.
Cependant, faute d’un lieu de halte dans ce pays demi sauvage, on passa la nuitdu 20 au 2l août en chaise de poste. Ce fut vers le matin seulement que, lesdernières ramifications des Balkans dépassées, on se retrouva, au delà de lafrontière roumaine, sur les terrains plus carrossables de la Dobroutcha.
Cette région est comme une presqu’île, formée par un large coude du Danube,qui, après s’être élevé au nord vers Galatz, doudoune sans manches moncler revient à l’est sur la merNoire, dans laquelle il se jette par plusieurs bouches. Au vrai, cette sorted’isthme qui rattache cette presqu’île à la péninsule des Balkans, se trouvecirconscrite par la portion de la province située entre Tchernavoda etKustendjé, où court la ligne d’un petit railway de quinze à seize lieues auplus, qui part de Tchernavoda. Mais, dans le sud du railway, la contrée étantsensiblement la même qu’au nord, au point de vue topographique, on peut direque les plaines de la Dobroutcha prennent naissance à la base des dernierschaînons des Balkans.

Comments (0)